Mise en garde contre la malhonnêteté du blog Credidimus Caritati de M. Jacques-Régis du Cray et de M. l’abbé Thouvenot suivie d’une supplique à Mgr Fellay

Le blog Credidimus Caritati prétend répandre l’héritage spirituel de Mgr Lefebvre en faisant simplement connaître ses écrits. La réalité est malheureusement toute autre : ce blog est conçu comme un instrument de propagande pour empêcher les fidèles d’apercevoir la trahison de Mgr Fellay et de ses partisans. Qui se cache derrière ce blog ? L’innommable Jacques-Régis du Cray, Ennemond, Côme de Prévigny…

innomable

Ce membre du GREC, excommunié par la Sapinière comme fauteur de libéralisme, a préféré cette fois-ci inoculer son venin de manière anonyme. L’œuvre a reçu le Placet de la Maison Générale qui a chargé M. l’abbé Thouvenot d’en assurer la relecture et la censure.

Pour saisir la supercherie de ce blog, un exemple récent montrera comment il tire les citations dans le sens qui l’arrange. Il suffira, à lui seul, à comprendre que nous avons affaire à des hommes de parti, et non de vérité, qui défigurent la pensée et l’œuvre de Mgr Lefebvre.

Le 21 septembre 2013, Credidimus Caritati livrait un article intitulé : « Mgr Lefebvre face aux crises internes » qui consistait en des extraits d’une conférence du 20 septembre 1977.

Mgr Lefebvre y évoque la situation au séminaire qui est difficile en raison des oppositions. « Ici au séminaire » comme « en France », « il y a des divisions ». « C’est fatal » dit Mgr Lefebvre, « ce sont les conditions dans lesquelles se trouve l’Eglise actuellement qui veulent cette poussière de divisions ». « Même les bonnes réactions, se voient sous des angles différents, des manières différentes, des méthodes différentes. Et on se divise ». « Fatalement, il y en a qui sont d’accord, pas d’accord et pas tout à fait d’accord, pas tout à fait contre, etc. C’est fatal. » « C’est la troisième fois que je répète, que je dis la même chose. […] »

Et là étrangement, le blog fait une coupure pour reprendre la conférence au passage où Mgr Lefebvre parle de « certains séminaristes qui se sont durcis » en suivant « les idées du Père Barbara ». Mgr Lefebvre estime que leurs positions sont « excessives de dureté contre le pape, contre les évêques ». Puis le blog finissait la conférence sur les « manques de charité ». « Personnellement je me vois obligé en conscience, dit Mgr Lefebvre, de sévir contre ceux qui apportent cet esprit excessif dans une dureté, une attitude à mon avis non conforme à l’esprit sacerdotal, non conforme à l’esprit pastoral, une attitude exagérée vis-à-vis de tous ceux qui ne pensent pas comme eux, une attitude qui n’est pas chrétienne. Je me vois obligé de sévir. C’est pourquoi j’ai demandé à trois séminaristes de ne pas revenir cette année-ci au séminaire. D’autre part, je ne puis pas non plus tolérer des séminaristes qui ne pensent pas comme nous, qui ne nous suivent pas, qui ne sont pas d’accord pour les ordinations, qui ne sont pas d’accord pour l’incardination, qui ne sont pas d’accord pour dire qu’il y a quand même dans les sacrements nouveaux des choses inquiétantes et qui rendent certainement invalides un bon nombre des sacrements. Eh bien ces séminaristes-là, s’ils ne nous suivent pas, que font-ils ici ? »

Le blog aurait pu, mais il ne l’a pas fait, pour montrer la complexité de la situation, rappeler que le 24 février 1977, Mgr Lefebvre concédait aux séminaristes d’Ecône : « La question est donc en définitive : le Pape Paul VI a-t-il été ou est-il encore le successeur de Pierre ? Si la réponse est négative, notre attitude sera celle des périodes « sede vacante », cela simplifierait le problème. Certains théologiens l’affirment s’appuyant sur les affirmations de théologiens du temps passé, agréés par l’Eglise, et qui ont étudié le problème du Pape hérétique, schismatique ou abandonnant pratiquement sa charge de Pasteur suprême. Il n’est pas impossible que cette hypothèse soit un jour confirmée par l’Eglise. Car elle a pour elle des arguments sérieux. Nombreux en effet sont les actes de Paul VI qui, accomplis par un Evêque ou un théologien, il y a vingt ans, eussent été condamnés comme suspects d’hérésie, favorisant l’hérésie. »

Mgr Lefebvre préféra cependant une deuxième hypothèse (le pape libéral et double) qu’il expose avant de concéder une deuxième fois : « s’il apparaissait qu’il est contraire aux promesses faites par Notre Seigneur Jésus-Christ qu’un Pape soit profondément libéral, alors il faudrait se ranger à la première hypothèse. Mais cela ne semble pas évident. »

Intéressons-nous maintenant à la coupure. Pourquoi avoir interrompu la conférence par « […] » ? Certaines coupures sont légitimes quand le texte est trop long et qu’elles ne changent rien à l’argumentation. Mais ce n’est pas le cas ici. On a tout simplement supprimé un paragraphe qui aujourd’hui gêne, car Mgr Lefebvre y condamne la conduite de Mgr Fellay. Voici le texte omis :

« C’est la troisième fois que je répète, que je dis la même chose. Après le départ de l’abbé Masson qui était quand même le directeur du séminaire, et à ce moment-là le séminaire était beaucoup moins nombreux, il a par conséquent emmené avec lui, je dirais, une bonne partie du séminaire si on peut dire : huit ou neuf élèves avec lui. Et puis, après ma déclaration du 21 novembre, il y a des professeurs qui n’ont pas été d’accord, professeurs qui auraient voulu que j’accepte le Concile. J’aurais dû manifester mon acceptation totale du Concile et ne m’opposer qu’aux interprétations fâcheuses du Concile. Je n’ai pas pu accepter une formule de ce genre parce que, en conscience et en vérité, je ne crois pas qu’on puisse accepter une formule uniquement de ce genre : Dire c’est un Concile comme les autres, et qu’on doit l’accepter comme les autres, et qu’il n’y a que les interprétations et abus sortis du Concile ! Alors devant cette différence de convictions, eh bien il y a quatre, sinon cinq, professeurs qui sont partis et qui ont emmené, encore une fois, avec eux sept, huit, dix séminaristes. Ils ont voulu eux aussi, croyant bien faire, je pense qu’ils ont fait cela en conscience, ils ont cru pouvoir faire aussi un séminaire. Ils ont voulu faire un séminaire à Pouilly en Auxois, ils voulaient réunir les séminaristes qui quittaient le séminaire. Ça ne s’est pas fait, mais il y a eu ce désir. Mais je dois reconnaître que cette fois-ci la rupture et la déchirure est encore plus profonde et plus grave. Je dois le reconnaître. Déchirure qui, cette fois, est venue lentement, s’est cristallisée, s’est durcie. En partie je pense que c’est dû au fait que certains professeurs n’étaient pas complètement d’accord avec moi sur ma déclaration du 21 novembre. Il y en a qui sont restés ici,… »

Mgr Fellay a fait exactement tout ce que rejetait Mgr Lefebvre ! Mgr Fellay, le 15 décembre 2008, a écrit au cardinal Hoyos : « Nous faisons nôtres tous les conciles jusqu’à Vatican II au sujet duquel nous exprimons des réserves ». Mgr Fellay a confié le 11 mai 2012 à CNS : « Le pape dit que le concile doit être replacé dans la grande tradition de l’Église, qu’il doit être compris en accord avec elle. Ce sont des déclarations avec lesquelles nous sommes complètement d’accord, entièrement, absolument. » Mgr Fellay a confié à un médiat américain : « Beaucoup sont ceux qui comprennent le Concile de travers. […] Après les discussions, nous nous sommes rendu compte que les erreurs que nous croyions comme issues du concile en fait ne sont pas issues de lui mais de la commune interprétation qu’on en a fait de lui ». (Mgr Fellay, YouTube, Traditionalist leader talks about his movement, Rome) Mgr Fellay a écrit, le 15 avril 2012, une déclaration doctrinale disant : « L’entière tradition de la foi catholique doit être le critère et le guide de compréhension des enseignements du concile Vatican II lequel à son tour éclaire certains aspects de la vie et de la doctrine de l’Église implicitement présents en elle non encore formulés. » Mgr Fellay a écrit, le 27 juin 2013, une déclaration qui enterre celle du 21 novembre 1974 de Mgr Lefebvre en omettant volontairement de distinguer ouvertement l’Eglise Catholique de toujours de « l’Eglise conciliaire » et en admettant que la « cause » des erreurs qui ravagent l’Église catholique se trouve dans les documents du Concile mais sans admettre pour autant que les erreurs elles-mêmes s’y trouvent (c’est le choix de textes sans erreurs qui causerait l’erreur). De même, Mgr Fellay admet que le texte Conciliaire sur la liberté religieuse conduit à la dissolution du Christ-Roi, mais il refuse de dire que ce texte est cette dissolution.

felay

En conséquence nous adressons cette supplique à Mgr Fellay et à ses partisans par ces paroles de Mgr Lefebvre de 1983 : « Alors je vous demande de méditer sur ces choses-là, et d’être loyaux, d’être loyaux dans vos pensées, vous avez tout de même une conscience. Si vraiment vous vous dites : je ne suis pas d’accord avec ce qui se fait ici… mais dites-le tout simplement. Allez ailleurs, mais ne restez pas, je vous en supplie… » Mgr Lefebvre s’étonnait : « Eh bien ces séminaristes-là, s’ils ne nous suivent pas, que font-ils ici ? » Le drame, aujourd’hui, c’est qu’il s’agit, non de séminaristes, mais du Supérieur général, des Assistants, de certains supérieurs majeurs, de prieursChers confrères, si vous ne suivez plus Mgr Lefebvre, que faites-vous dans la Fraternité ? Allez à Rome, dans les diocèses, chez les ralliés, où vous voulez… mais laissez nous tranquille ! Si comme l’abbé Pfluger vous croyez que « nous souffrons d’un défaut, du fait de notre irrégularité canonique » (Kirchliche Umschau, 17 oct. 2012). Si vous pensez comme lui que « ce n’est pas seulement l’état de l’Église postconciliaire qui est imparfait, le nôtre l’est aussi » d’où « l’obligation de surmonter la crise » « en voulant surmonter notre état canonique anormal » ! Eh bien partez, personne ne vous retient. Mais cessez, par vos silences et votre influence, de « défigurer et de mutiler la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X. »

Un prêtre du district de France

Ce contenu a été publié dans Crise, G.R.E.C., Mgr Fellay, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.