L’abbé Schmidberger nous aura prévenu : “Rome va tenter, par les lâcheurs, de nous faire lâcher”

Roma 13-03-2013 Piazza San Pietro Elezione del Papa, il nuovo Papa è stato eletto ed è Bergoglio Jorge Mario, Papa Francesco Ph: Cristian Gennari/Siciliani

M. l’abbé Franz Schmidberger de la FSSPX travaille à la « Normalisation » ou « Régularisation » de la FSSPX avec la Rome moderniste

Dans un document daté du 19 février 2016 à Zaitzkofen, les pseudo arguments qu’il utilise pour justifier ses sophismes sont simples.

Il commence par des vérités dont il va déduire plusieurs absurdités. Les deux affirmations, qui ont pour but de faire croire au lecteur qu’il est face à une réflexion profonde, sont : « L’Eglise est un mystère » et « L’Eglise est infaillible dans sa nature divine ; mais dirigée par des personnes » faillibles. Il faut « distinguer la fonction de la personne ».

Ensuite, le recteur de Zaitzkofen déclare : « Nous ne disons pas que c’est un bon pape. Au contraire, il provoque avec ses idées libérales et il crée une grande confusion dans l’Eglise » mais « le pape François est le seul en mesure de prendre cette décision (normalisation) par imprévisibilité et improvisation. Les médias pourront lui pardonner d’avoir pris cette décision, mais n’auraient jamais pardonné à Benoît XVI. »

Vous suivez le raisonnement ?

Pour l’abbé Schmidberger, François pourrit l’Eglise par « ses idées libérales » ; et quand à Mgr Fellay, il a « presque envie de dire que le pape dit non seulement des bêtises mais aussi des hérésies » (Le Puy, 10 avril 2016). Autrement dit, François est un pourri, un idiot et un quasi hérétique… Et bien seul ce François pourri, idiot et hérétique, peut normaliser la FSSPX sans déclencher la colère des médiats qui sauront pardonner ce geste à François… Là on tient un argument théologique de premier ordre. La FSSPX veut être reconnu comme catholique par François qui « a creusé un trou dans la coque du bateau » et qui a « enlevé un iota à loi de Dieu » (dixit Mgr Fellay toujours au Puy). Mgr Fellay et l’abbé Schmidberger jubilent parce que François, l’idiot qui « dit des bêtises », leur a dit : « vous êtes catholiques »… Voilà encore un argument de poids qui prouve la grande sûreté de jugement chez les supérieurs de la FSSPX…

L’abbé Schmidberger est tout même conscient que plusieurs confrères n’éprouvent pas encore ce besoin maladif d’être reconnu catholique par quelqu’un qui ne professe pas la foi catholique… alors il va tenter de les convaincre, toujours à sa manière, en affirmant faussement : « Monseigneur Lefebvre a toujours cherché une solution canonique pour la Fraternité ». Aujourd’hui, « Nous voudrions bien revenir de l’“exil” où nous sommes maintenant. », d’autant plus que « Rome baisse progressivement ses exigences et les propositions récentes ne parlent plus de reconnaître Vatican II, ni la légitimité du Novus Ordo Missae. Aussi il semble que le moment d’une normalisation de la Fraternité est arrivé ». Certes, objecte l’abbé Schmidberger, « le danger de contagion est grand, mais nous pouvons et devons y échapper avec la grâce de Dieu. » « Après tout, […], la Fraternité Saint-Pierre existe depuis déjà 27 ans et est restée fidèle, au moins dans les régions germanophones, à la Sainte Messe traditionnelle avec peu de concessions. » Et puis, on fera plus de bien : « Nous avons des sympathisants parmi les prêtres et cardinaux, dont certains voudraient faire appel à nous pour les aider, ils nous donneraient des églises et peut-être confieraient un séminaire à nos soins. Mais actuellement, à cause de notre situation, c’est impossible pour eux de le faire. » Et enfin, « la FSSPX n’est-elle pas consacrée à la Très Sainte Vierge, qui la protégera et la guidera dans ses travaux dans la nouvelle situation ? »

Voilà l’état d’esprit d’un supérieur majeur de la FSSPX qui fut aussi son ancien supérieur général et qui n’a pas peur de tenter Dieu sous le fallacieux prétexte de se confier en Marie…

Quand les supérieurs de la FSSPX disent qu’ils veulent être reconnu par Rome « tels que nous sommes », ils disent vrai. On est toujours aujourd’hui, tels que nous sommes aujourd’hui. Mais l’astuce réside dans le fait qu’ils ne sont plus aujourd’hui tels qu’ils ont été par le passé… Nuance !

Nous ne chercherons pas ici à réfuter tous ces sophismes dévastateurs. Lasapinière.info et d’autres sites l’ont déjà fait plus d’une fois.

Aujourd’hui, il sera suffisant de mettre en évidence le reniement de l’abbé Schmidberger.

Dans le Fideliter n° 65 (Sept.-Oct. 1988 p. 20-21), l’abbé Schmidberger faisait plusieurs remarques à la déclaration de Dom Gérard. « Prieur du Monastère Sainte Madeleine du Barroux », il « a fait paraître dans Présent du 18 août une déclaration expliquant pourquoi il a signé un accord avec Rome. La Fraternité Saint-Pie X y apporte aujourd’hui les remarques suivantes. »

En 1988, Dom Gérard disait comme l’abbé Schmidberger en 2016 : « Il est préjudiciable que la Tradition même de l’Eglise soit reléguée hors de son périmètre officiel visible. Cela est contraire à l’honneur de l’Epouse du Christ. La visibilité de l’Eglise est un de ses caractères essentiels. » Mais l’abbé Schmidberger (version 1988) réfutait l’abbé Schmidberger (version 2016) par ces mots : « Ne serait-ce pas au contraire dans le plan de la Providence, que la Tradition catholique de l’Eglise ne soit pas réintégrée dans le pluralisme de “l’Eglise conciliaire”, tant que celle-ci souille l’honneur de l’Eglise catholique et offusque tant son unité que sa visibilité ? »

En 1988, Dom Gérard disait comme l’abbé Schmidberger en 2016 : « Il est regrettable que seuls soient écartés ceux qui précisément gardent sa tradition liturgique ». Mais l’abbé Schmidberger (version 1988) réfutait l’abbé Schmidberger (version 2016) par ces mots : « C’est au contraire une marque d’honneur pour Le Barroux, d’être rejeté des autres Bénédictins pour être resté fidèle intégralement à la messe de toujours et d’être pour ce motif devenu un magnifique signe de contradiction ».

En 1988, Dom Gérard disait comme l’abbé Schmidberger en 2016 : « Recevoir la levée de la suspense a divinis de nos prêtres relève d’un point de vu missionnaire : que le maximum de fidèles puissent assister à nos messes sans être entravés par leurs aumôniers ou leur évêque… » Mais l’abbé Schmidberger (version 1988) réfutait l’abbé Schmidberger (version 2016) par ces mots : « Si ces prêtres du Barroux pensent que leur soi-disant “suspense” nuit à leur rayonnement apostolique, ils se trompent : la Croix est plus féconde que la facilité. »

Finissons par un mot du 12 mai 1989, qui manifeste ce qu’était l’esprit de combat d’antan et, par contraste, comment la tête de la Néo-FSSPX est aujourd’hui pervertie par ses omissions et ses compromissions.

« Des circonstances extraordinaires exigent des moyens et des voies extraordinaires. […] Les sacres et le coup porté par Rome ont été l’occasion de l’infidélité de 15 prêtres, qui ont aujourd’hui pratiquement déserté le combat pour la vérité, en mettant sur le même pied le saint sacrifice de la Messe et la liturgie des novateurs, tout en s’en tenant encore matériellement au rite de la tradition. […] Soyez prudent vis-à-vis des tentatives de rapprochement de la part de membres de la Fraternité Saint Pierre ou des moines du Barroux. Ces gens ne comprendront leurs torts que si nous refusons toute discussion avec eux, jusqu’au jour où, après contrition et conversion, ils se tiendront à nouveau avec nous dans le combat pour les droits du Christ Roi. Dans l’immédiat, Rome va tenter par les lâcheurs de nous faire lâcher. Pour tenir fermes nous aurons besoin d’une bonne capacité de résistance à l’usure. Prions l’Esprit de force ! Le combat pour Dieu et pour l’Eglise va être de longue haleine et fatigant. » (Abbé Schmidberger, Supérieur général de la FSSPX, Cor unum, n°33, juin 1989)

En 2016, la Fraternité Saint Pierre est devenu, selon l’abbé Schmidberger, un exemple pour sa « fidélité » et son « peu de concessions »… Comment un tel homme qui se renie à ce point ose-t-il encore paraître en public ? Étrange aveuglement… misérable trahison…

Pour ce qui aurait encore des doutes sur la pourriture, l’idiotie et les hérésies de François, nous conseillons à nos lecteurs le livre “Trois ans avec François, L’imposture bergoglienne” par Miles Christi aux éditions ESR.

28 avril 2016 - image 2 - trois-ans-avec-francois-limposture-bergoglienne

Comme le dit la note préliminaire de ce livre : « nous nous trouvons face à quelqu’un qui, au lieu de confirmer ses frères dans la foi, passe le plus clair de son temps à les choquer, à les scandaliser et à miner leur foi avec une frénésie diabolique et une hardiesse stupéfiante. Les faits en question, connus de tout le monde, sont si nombreux et si flagrants que l’on pourrait remplir des bibliothèques entières si on les consignait tous dans les annales de l’actuel “pontificat” […]. Qu’il n’existe pas de Dieu catholique, que peu importe la religion dans laquelle on élève les enfants, que l’on peut rencontrer Dieu dans n’importe laquelle des croyances du vaste « éventail des religions » existant, que Dieu n’est pas « magicien » mais se sert de l’évolution pour créer, que Jésus ne multiplia pas les poissons et les pains mais enseigna plutôt à ses disciples le sens du « partage », que Marie se révolta contre Dieu au pied de la Croix et le traita de menteur, que ce dont le monde a besoin aujourd’hui est une « conversion écologique », que foi et certitude sont incompatibles, que le bonheur consiste à « vivre et à laisser vivre » et une litanie interminable de déclarations du même acabit, absolument inconcevables dans la bouche non seulement d’un pape, mais tout simplement de n’importe quel chrétien… Des blasphèmes terrifiants qui témoignent d’une malice satanique, des propos d’une impiété effroyable proférés impudemment par celui qui passe aux yeux du monde pour être le “Vicaire du Christ” sur la terre et le “Souverain Pontife” de l’Eglise Catholique. En ces temps de confusion généralisée et de désorientation diabolique il faut se garder de tomber dans le piège subtil, faux dilemme et ruse du démon, de se sentir déchiré entre une obéissance trompeuse, car détournée de sa raison d’être, et la défense inconditionnelle de la foi outragée. Défier et discréditer l’autorité légitime constitue une faute grave, éminemment réprouvable. Se taire devant la manifestation éhontée du mystère d’iniquité dans la personne d’un faux prophète ne l’est pas moins. »

Post-scriptum :

Son excellence Mgr Fellay a demandé à l’abbé Schmidberger de prêcher les retraites spirituelles pour cette année à une centaine de prêtres, fin août au Pointet et début septembre à Ecône. Cela promet d’être un grand moment… La FSSPX met ainsi en place le recyclage de ses prêtres. Ce sera certainement moins violent qu’après Vatican II, mais tout aussi efficace… Il faut que ces prêtres cessent d’être à contre-courant et qu’ils se décident enfin à aimer François le pourri, à comprendre François l’idiot et à obéir à François l’hérétique…

Le notaire de la Lasapinière.info

Ce contenu a été publié dans Abbé Schmidberger, Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.