Sélectionner une page

5) Amour de la vérité et haine de l’erreur chez Mgr Lefebvre

Ces caricatures furent réalisées à la demande de Mgr Lefebvre en réaction à la première réunion oecuménique d’Assise en 1986

Nous avons vu qu’à la racine du libéralisme on trouve un manque de courage pour condamner l’erreur. Le libéralisme a pénétré officiellement dans l’Église par le droit à liberté religieuse. Mgr Lefebvre n’a pas ménagé sa peine pour lutter contre cette erreur fondamentale du concile. Parmi ses nombreuses conférences, celle donnée à Annecy le 27 septembre 1987 mérite une attention particulière.
Pour Mgr Lefebvre, les « textes du Concile » viennent du « problème du libéralisme ». Il remarquait que la crise évoluait de « manière toujours plus grave et tragique » mais que « les raisons profondes de notre combat » étaient « assez délicates à définir et à saisir pour des personnes qui ne sont pas accoutumées au langage philosophique ou théologique. » Pour pallier à cette difficulté Mgr Lefebvre a écrit un livre : « Ils L’ont découronné.” lire plus…

4) Avons-nous de la haine pour « la liberté religieuse » ?

Saint-Pie X

Saint-Pie X

Outre les citations des saints et des docteurs, les enseignements de l’histoire sont utiles. Que d’exemples historiques de compromissions avec le mal qui ont donné des fruits amers : pensons aux semi-ariens qui ont fait traîner en longueur l’arianisme pendant des siècles, aux semi-pélagiens qui ont empoisonné la vie spirituelle, à Clément XIV qui, par la suppression des jésuites, a laissé la voie libre à la Révolution. Et le concordat de Pie VII n’a-t-il pas sauvé la Révolution au dire même de Napoléon ? Le ralliement de Léon XIII n’a-t-il pas désarmé la résistance catholique ? La condamnation de l’Action Française par Pie XI, malgré sa réhabilitation sous Pie XII, n’a-t-elle pas décapité l’élite contre-révolutionnaire de France ? lire plus…

3) Amour de la vérité et haine de l’erreur chez divers auteurs catholiques

Père Faber

Père Faber

« Suivant le jugement du monde et celui des chrétiens mondains, cette haine de l’hérésie, est exagération, aigreur, indiscrétion, elle est immodérée, déraisonnable, exigeante, bigote, intolérante, étroite, stupide, immorale. Que pouvons-nous dire pour la défendre ? Rien qu’ils puissent comprendre. […] L’opinion doucereuse de certaines bonnes gens sans discernement spirituel adopte aussi les vues du monde, et nous condamne ; car la timide bonté a une assurance et un semblant de douceur qui sont loin de Dieu, […] On ne peut guère, en jouissant du plein usage de ses sens, s’attacher à prouver au monde, à l’ennemi de Dieu, qu’une haine complète et catholique de l’hérésie est le fait d’un esprit droit. Nous pourrions aussi bien chercher à forcer un aveugle à juger d’une question de couleurs. L’amour divin nous place dans un cercle différent de vie, de motifs, de principes, qui non seulement n’est pas celui du monde, mais qui est en inimitié directe avec lui » (Père Faber, Le Pied de la Croix). lire plus…

2) Amour de la vérité et haine de l’erreur chez les saints

Saint-Augustin

Saint-Augustin

Pour saint Augustin, « il faut aimer les hommes en sorte de ne pas aimer leurs erreurs ». Certes, mais jusqu’où devra aller notre amour des hommes et notre haine de l’erreur ?

 

Saint Jérôme, pour sauvegarder l’intégrité de la foi, n’hésitait pas à se jeter en des polémiques véhémentes. Il se faisait une gloire d’avoir « mis tout son zèle à faire des ennemis de l’Église ses ennemis personnels. » Dans une lettre à Rufin, il écrivait : « Il est un point sur lequel je ne pourrai être d’accord avec toi : épargner les hérétiques, ne pas me montrer catholique. »[1] lire plus…

1) De l’amour de la vérité et de la haine de l’erreur

Sermon Jésus

« Je suis le chemin, la vérité et la vie; nul ne vient au Père que par moi » disait Notre Seigneur. « Craignez Yahweh et servez-le avec intégrité et vérité; ôtez les dieux qu’ont servis vos pères de l’autre côté du fleuve en Egypte, et servez Yahweh » (Josué 24, 14). « Craignez seulement Yahweh, et servez-le en vérité de tout votre cœur » (I Sam 12, 24) Dieu est un « Dieu de vérité » (Ps 31, 6-7). Le diable, lui, « n’est point demeuré dans la vérité, parce qu’il n’y a point de vérité en lui » (Jn 8, 44).

On pourrait multiplier les citations, mais celles-ci suffisent pour nous faire comprendre une réalité importante de notre vie chrétienne : L’amour de Dieu exige la haine de l’erreur. lire plus…

Pour aider Monsieur l'abbé Rioult

Nous contacter

Articles par mots clefs

Archives